Comme vous le savez tous, à « Marseillan J’en Pince », nous sommes d’infâmes mécréants politiques qui faisons rien qu’embêter le maire. Pour pardonner nos offenses, nous nous sommes plongés dans la lecture, que nous pensions édifiante, du bréviaire d’Yves Michel : son « projet municipal 2014-2020 ».

 

YM 4

Nul doute que nous allions y trouver l’inspiration, et surtout des arguments convaincants en faveur d’une incontournable « modernisation » de Marseillan. Et que cette « modernité » devait passer par la démolition de toutes les « vieilleries », dont les chais du port, au bénéfice d’immeubles neufs de 16 mètres de haut.

 

Une concertation … déconcertante

Page 1, ça commençait pourtant bien : « Six ans ont été nécessaires pour réorienter notre commune vers l’avenir, la faire entrer dans le 21ème siècle et nous préparer à cette évolution de notre vie ».

YM 1

Mais quelques lignes plus loin, patatras ! Tout se gâte : « La construction de notre projet va pouvoir se développer dans une organisation qui s’appuie sur la concertation avec la population » (En gras dans le texte). Ah bon ? Il y a eu concertation sur le projet Promeo ? Le projet n’a ni été évoqué au Conseil municipal, ni même devant les représentants de quartier, de l’aveu même de ces derniers. Aucune trace de réunion publique non plus … Si la concertation a eu lieu, c’était alors entre Yves Michel et Michel Yves, qui doit faire office de population à lui tout seul …

 

Quand Yves Michel vantait les mérites du port actuel

Page 2 du « projet municipal » du maire, nous trouvons un portrait de Yves … Avec en fond le port … Et les chais bien visibles !!!

 

YM 3

 

Réfléchissez un instant. Vous êtes maire, vous voulez vous représenter. Quel décor choisiriez-vous pour illustrer votre document de campagne ? (Réponse au choix) :

1)      Des bâtiments qui selon vous menacent de ruine (1) et doivent être rasés ?

2)      Un élément incontournable du patrimoine local et qui vous rend fier de votre ville ?

Vous avez choisi la 2, bravo, vous pouvez vous présenter aussi !

Peut-être Yves Michel a t-il opté pour une communication décalée du genre : « Voyez comment c’était avant, derrière moi c’est le passé et moi je suis l’avenir » (nous le savons, c’est nul comme explication, mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour sortir notre maire de l’embarras, les pros Yves ne vont pas nous le reprocher …).

Mais catastrophe ! patatras bis ! : page 9 notre maire lui-même détruit notre hypothèse : « La qualité d’un aménagement épuré et respectueux de l’histoire de notre port va permettre de renforcer l’attractivité de ce lieu et va rejaillir sur le cœur de ville ». Si si !! En 2014, Yves Michel était pour le respect de l’histoire du port, sans quoi, c’est toute l’économie de la zone et du centre qui pourrait en pâtir !

 

YM 2

 

Nous comprenons maintenant pourquoi la concertation promise n’a pas eu lieu : si au cours de la réunion le Yves Michel 2017 y avait croisé le Yves Michel 2014, cela aurait fait des étincelles !!!

 

Et tourne tourne girouette ….

 

 

1)      Un des arguments développé par le maire lors de la réunion de quartier était que les chais étaient tellement vétustes qu’ils menaçaient de s’effondrer. On se demande pourquoi le maire a laissé le comité des fêtes utiliser les chais jusqu’à cette année …


Tribune de Christine Carrié Mahmouki : 

 

 

Nous avons reçu par ailleurs un texte de Christine Carrié-Mahmouki, présente elle aussi à la réunion des Comités de quartier, et qui nous livre son sentiment sur la réunion et le projet Promeo

« 

                                   C’est trop facile

                                   De nous prendre pour des imbéciles

                                   C’est trop facile de noyer le poisson

                                   En parlant concertation

                                   En laissant les malins

                                   Construire de modernes projets

                                    A la place de nos chais

 

Oui c’est le sentiment que j’avais en sortant de la réunion plénière des comités techniques de quartier hier soir. C’est trop facile de nous expliquer que le projet PROMEO est un aménagement privé et qu’à ce titre la municipalité ne peut interférer.

Trop facile quand c’est cette équipe municipale qui a concocté le règlement du PLU en allégeant les contraintes particulièrement sur la zone du port pour les futurs aménageurs.

C’est trop facile de projeter un aménagement touristique qui ne dit pas son nom et de s’apprêter à livrer notre front d’étang aux promoteurs et au tout tourisme car c’est cela qui se dessine à terme et que nous dénonçons depuis 2016.

Déjà pour le 1er projet d’aménagement après PLU, le promoteur PROMEO a pu déjouer techniquement les règles permettant de créer des bâtiments de 3 étages malgré les promesses d’Y Michel que cela ne serait pas.

C’est trop facile quand tout le monde comprend désormais qu’après la vente du patrimoine communal c’est maintenant le patrimoine architectural et/ou viticole qui va être démantelé.

Oui monsieur Michel c’est trop facile de ridiculiser nos inquiétudes comme des passéistes ignorants des apports esthétiques de l’architecture.

C’est trop facile quand on sait que l’UDAP (Unité Départementale de l’Architecture et du Patrimoine) vous a alerté sur le risque de dénaturer l’intérêt patrimonial du quartier du port avec les projets d’aménagement envisagés si une vigilance n’était pas organisée et règlementée et sans répertoire fin des sites à protéger. Si le premier projet a su trouver les subterfuges pour contourner la règle, n’en doutons pas il y aura des émules.

Oui c’est trop facile de nous prendre pour des imbéciles quand vous osez répondre, Monsieur Michel, aux questions sur la Baraquette en expliquant que vous n’êtes pas concerné par un projet d’aménagement privé et proposez à vos interlocuteurs de leur donner l’adresse du propriétaire pour l’interroger directement sur l’avancée des travaux.

Non seulement vous avez porté ce projet, l’avez défendu auprès du préfet bien avant le PLU. Nous ne comptons plus les déclarations publiques que vous avez faites sur l’intérêt de ce projet qui devait drainer une clientèle fortunée vers nos rivages, booster notre économie et résorber notre chomage. Malheur à l’ignorant qui ne pouvait comprendre l’intérêt d’une telle opportunité !!!!!!!!

Non seulement vous avez tenté de proposer une convention de rachat par la Région (via l’Etablissement Public Foncier) pour le compte de la commune en vue de le rétrocéder au promoteur du projet, proposition que vous avez retiré de l’ordre du jour du conseil municipal in extremis, la Région ne vous ayant pas suivi dans un protocole qui se serait avéré juteux pour le porteur du projet. Vous parlez de ne pas mélanger aménagement public et aménagement privé !!!!!

Comment ne pas voir l’aménagement prévu autour de la Baraquette jusqu’au Canal du Midi qui figurait d’ailleurs sur la plaquette publicitaire avant même que le projet de PLU ne soit validé !

Comment ne pas comprendre aujourd’hui que si vous vous dégagez à ce point de cette aventure c’est qu’il s’agit bien comme nous le dénonçons depuis le début d’un projet aventureux ».

Christine Carrié-Mahmouki

Conseillère municipale