Si comme vous le savez tous, Emmanuel Macron a recueilli plus de 66% des suffrages exprimés à l’élection présidentielle au niveau national, ce résultat, loin d’être homogène, est marqué par des disparités très importantes en fonction des régions, et au sein même de ces régions. A titre indicatif, Le Pen n’a recueilli l’adhésion que de 20% des électeurs à Montpellier dans sa banlieue, alors qu’elle atteint voire dépasse les 60% dans certains secteurs de l’Ouest Héraultais.

Qu’en est-il de Marseillan ? Le Pen arrive nettement en tête, avec près de 56% des suffrages exprimés. Ce vote est malheureusement « conforme » au vote des communes environnantes :

Votes Le Pen :

-        Florensac : 50,3%

-        Pinet : 59,27%

-        Pomerols : 56,3%

-        Vias : 58,19%

-        Agde : 54,37%

-        Bessan : 60,85%

Comme on le voit, pour nous qui avons toujours fait appel à faire barrage au Front National, il ne s’agit pas d’un phénomène typiquement Marseillanais, et ce phénomène dépasse la « couleur politique » des équipes municipales élues en 2014.

Cependant, on constate que le plus « faible » score enregistré dans les villages alentours concerne la ville de Florensac, où le maire, Vincent Gaudy, a mené une campagne sans relâche contre le Front National. Certains diront que c’est insuffisant, mais le score est dans cette ville de 5 points en moyenne inférieur à la moyenne des villes environnantes … C’est beaucoup mieux que rien !

En revanche, là où les maires de droite ou « sans étiquette » n’ont donné aucune consigne de vote, dont Marseillan, le résultat est à la hauteur de l’engagement personnel des maires … Peur de fâcher un électorat susceptible de voter « contre » aux prochaines municipales ?

Nous avons déjà disserté lors des dernières élections sur les (mauvaises) raisons du vote Front National.

 

Passons à l’analyse des votes :

 

Pour mémoire votes au 1er tour :

Marine Le Pen : 1850 voix

François Fillon : 1057 voix

Jean-Luc Mélenchon : 917 voix

Emmanuel Macron : 869 voix

Nicolas Dupont Aignan : 193 voix

Benoît Hamon : 186 voix

Jean Lassalle : 73 voix

Philippe Poutou : 44 voix

François Asselineau : 32 voix

Nathalie Arthaud : 27 voix

Jacques Cheminade : 5 voix

Blancs ou nuls : 117

 

Résultats au 2e tour :

Marine Le Pen : 2481 voix (plus 630 voix par rapport au 1er tour)

Emmanuel Macron : 2033 voix (plus 1160 voix par rapport au 2e tour)

Blancs ou nuls : 583

 

Les blancs ou nuls :

Ce qui frappe tout d’abord, c’est le nombre de blancs et nuls en singulière augmentation : 583 électeurs se sont rendus dans les urnes pour refuser de choisir entre les deux candidats encore en lice, soit plus de 13% des exprimés. Soit 460 de plus qu’au 1er tour.

 

Comment se sont reportées les voix du 1er tour ?

Nous allons supposer logiquement que les électeurs qui ont voté respectivement Macron et Le Pen au 1er tour l’ont fait aussi au second.

Partons maintenant d’une hypothèse : les électeurs de gauche auraient voté Macron et les électeurs de droite auraient voté Le Pen.

Dans le premier cas, ça colle : 2043 voix pour la gauche au 1er tour (en y incluant Macron) et 2033 voix au 2e tour.

Mais dans le deuxième cas, ça ne colle pas : 3205 voix pour la droite au 1er tour (en y incluant Le Pen) et 2481 voix au 2e tour pour l’extrême droite. Soit un différentiel de plus de 700 voix en défaveur de la candidate du Front National.

Donc même en continuant à raisonner par l’absurde, si on considère que TOUS les abstentionnistes sont des électeurs de droite, ça continue de ne pas coller : il manque encore plus de 100 voix à Le Pen. Abandonnons donc cette hypothèse.

Pour y voir plus clair, considérons que les électeurs de Dupont Aignan (193 voix) ont choisi Le Pen : il reste encore 440 voix à trouver pour la candidate du Front National pour obtenir son score au 2e tour. Environ 400 si on y ajoute l’anti européen Asselineau.

Il est peu vraisemblable que les électeurs du centriste Jean Lassalle (73 voix) aient opté pour Le Pen.

Par déduction logique, environ 40% des électeurs Fillon ont donc voté Le Pen au 2e tour.

Reste les 600 voix restante de Fillon. Sauf à tomber dans l’absurde, comme on l’a vu plus haut, elles ne pourraient être les seules voix nulles ou blanches du 2e tour.

Donc nous allons considérer qu’une partie non négligeable des électeurs de gauche entrent dans cette catégorie (on voit mal les électeurs de Poutou ou Arthaud (70 voix) voter Macron, et encore moins Le Pen) et que par conséquent une partie non négligeable des électeurs de Fillon ont voté Macron, répondant en ce sens à l’appel à voter du candidat de la droite classique.

Par conséquent et pour conclure, le score de Macron sur Marseillan tient approximativement d’un report à 70% des voix de gauche et de 30% des voix de droite, le reste étant parti dans les votes blancs et nuls, à équivalence sans aucune certitude.