Marseillan J'en Pince

11 octobre 2017

Marseillan : encore des augmentations d'impôts pour 2018 !!!

Au Conseil municipal du 26 septembre dernier, une mesure apparemment anodine a été votée par la majorité.

Voici la délibération intitulée « Modification des abattements relatifs à la taxe d’habitation »  (point 3 de l’ordre du jour):

….

« Il appartient au conseil municipal de :

Décider de supprimer l’abattement général à la base antérieurement constitué

Décider de supprimer l’abattement spécial à la base antérieurement constitué ».

 

Qu’est-ce que ce cela signifie ?

Cela signifie que sur la simple base d’un trait de plume, vos impôts locaux vont considérablement augmenter l’année prochaine, tout simplement !!!!

 

Explications :

 

Afin de calculer le montant de vos taxes locales (taxe foncière bâtie, taxe foncière non bâtie, taxe d’habitation), le centre des impôts se sert des taux d’imposition votés par la ville, qu’il applique à une base déterminée par l’Etat.

Par exemple, si le taux de la taxe d’habitation est à 20%, et si votre base est à 2000 euros, vous paierez : 2000 X 20% = 400 euros de taxe d’habitation par an.

Voilà pour le principe.

 

Comment l’Etat détermine-t-il les bases ?

Les bases c’est, pour faire simple, le montant total estimé du loyer annuel que devriez payer divisé par deux (ça ne tombe bien sûr jamais pile poil) : ainsi plus votre ville est demandée, plus les bases sont fortes et inversement. Donc à Marseillan les bases sont élevées.

A ces bases, on déduit obligatoirement (en France c’est pour tout le monde pareil) des abattements : pour charge de familles, pour les personnes handicapées, dans certaines conditions pour les personnes âgées etc.

Les villes peuvent aussi décider d’abattements supplémentaires (et là nous revenons à notre propos initial) qui sont :

  • Les abattements généraux à la base (qui concernent tous les contribuables)
  • Les abattements spéciaux à la base (qui concernent les foyers les plus modestes).

A Marseillan, nous l’avons dit, parce que les bases sont très fortes, la ville avait institué un abattement général de 15% (taux maximum autorisé par la loi), puis à partir de 2001, la municipalité de gauche a voté un abattement spécial à la base porté à son taux maximum en 2003 (15% également) en faveur des foyers les plus modestes.

Voilà donc l’enjeu de la suppression de ces abattements décidés par Yves Michel lors du dernier Conseil. Avec la suppression des ces deux abattements, les bases des contribuables vont être relevées de 15 à 30% !

 

 

Mesurons l’étendue du désastre pour nos portefeuilles, avec cette simple simulation :

 

Pour tous les Marseillanais :

Reprenons l’exemple de notre base à 2000 euros ; vous enleviez auparavant 300 euros à cette base grâce à l’abattement général (2000 X 15%). Le taux de la taxe d’habitation est chez nous à 21,17% ; Vous appliquiez votre taux de 21,17% sur les 1700 euros restant, soit 1700 X 21,17% = 360 euros d’impôts.

Maintenant, avec Yves Michel, ce sera 2000 X 21,17% = 423 euros, soit 63 euros d’augmentation !!! (1)

 

Pour les foyers les plus modestes :

Pour eux ce sera la totale : non contents d’être modestes, avec la suppression de l’abattement spécial à la base de 15% supplémentaire, ce sera pour eux le double d’augmentation : 126 euros par an !!! (1)

 

 

Le maire, après avoir épuisé tous les expédients possibles (ventes de terrains, emprunts en tous genres …) pour payer ses dépenses exorbitantes, se retrouve désormais incapable de financer son train de vie.

La chambre régionale des comptes, dans son audit de l’année dernière, avait déjà pointé du doigt les taux d’imposition trop élevés de Marseillan, signalant qu’il serait inconséquent de les augmenter encore.

 

De ce fait le maire n’augmente pas les taux, mais il s’attaque directement à ses bases, ce qui revient à une méga augmentation pour le contribuable !

Pour se justifier, Yves Michel a argué en Conseil que cette augmentation était sciemment voulue. Voici l’explication qu’il a donnée en substance, suite aux questions posées par l’opposition : « Le Président Macron va supprimer la taxe d’habitation. Il a dit qu’il compenserait à l’Euro près le montant total de cette taxe aux communes. Donc je récupère le maximum de recettes possibles dès cette année, pour que l’année prochaine le Président me reverse une somme équivalente, donc avec une confortable plus-value ».

Sauf que cette explication ne vaut pas selon nous : si la taxe d’habitation doit être supprimée, elle le sera sans « effet d’aubaine ». En clair, il doit exister plusieurs centaines de petits malins maires qui ont dû faire le même calcul que le nôtre.

A Marseillan J’en Pince, on n’aime pas particulièrement le Président (c’est le moins que l’on puisse dire), mais il ne faut pas le prendre pour plus bête qu’il ne l’est. Nous sommes prêts à parier que si la suppression de la taxe d’habitation doit se faire, elle ne fera pas sur la base des recettes de l’année 2018, mais sur la base des recettes des années passées, avant l’élection du président actuel …

Pas sûr cependant que notre maire entende ce raisonnement pourtant évident ; il doit au contraire penser que sa méthode sera politiquement tout bénef pour lui:

- Soit la taxe d’habitation n’est pas supprimée, et les augmentations d’impôts « ce sera la faute à Macron puisqu’il a diminué les aides aux communes ».

- Soit la taxe est supprimée, « mais elle ne sera pas compensée à l’Euro près 2018 donc si la ville est en faillite ce sera la faute à Macron aussi » !

Nous sommes prêts à parier qu’à la virgule près il vous servira ce discours. Maintenant que vous savez tout, n’hésitez pas à le contredire !

En attendant, qui c’est qui paiera ces calculs politiques et les augmentations d’impôts 2018 ? Ce sera vous, bien sûr !!!

Il faut tout de même préciser que notre maire a convenu au cours de ce Conseil que si le président Macron revenait sur sa décision de suppression totale ou partielle de la taxe d’habitation, il en ferait de même sur les suppressions des abattements pour les contribuables Marseillanais. On est prié de le croire … Ou pas !! Bien évidemment, nous n’hésiterons pas à revenir vers lui à chaque Conseil pour lui demander de nous faire un état de la situation !

 

 

(1)    Il est très malaisé de calculer exactement le montant réel de votre future taxe d’habitation avec les « mesures » d’Yves Michel. Pour ne pas grossir le trait, nous avons pris une base de 2000 euros, vraisemblablement inférieure aux bases moyennes de la ville. En contrepartie, nous n’avons pas tenu compte des éventuels autres abattements qui sont fonctions de vos revenus et/ou de la composition de votre famille. Il se peut donc que vous payez moins que ce que nous annonçons … Ou beaucoup plus !!! Pour le savoir, prenez votre dernière feuille d’imposition locative et regardez au dos : les abattements généraux et spéciaux y figurent en euros. Enlevez ce chiffre à la base (part communale uniquement) et vous obtiendrez la base d’imposition à multiplier par 0,2117 pour connaître le montant réel de votre taxe d’habitation 2018. Bon calcul !

Posté par jenpince à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2017

Réforme des rythmes scolaires : un mauvais point pour la municipalité

L’actualité de cette rentrée sur Marseillan est marquée par la gestion bâclée des questions scolaires, avec en parallèle le retour à la semaine de 4 jours dans nos écoles.

 

Pour comprendre ce qui s’est passé à Marseillan, revenons un peu en arrière, sur ces fameux « rythmes scolaires » récemment enterrés par décret par le président Macron ….

 

Cette réforme devait être à son origine en 2012 un beau projet, la première étape du projet de « Refondation de l'Ecole ».

 

En effet, le constat avait été posé dès 2008 par un rapport parlementaire (l’Assemblée était à droite à l’époque), mettant en évidence un paradoxe : alors que les élèves Français travaillent quotidiennement plus longtemps en classe que la moyenne des pays industrialisés, pourquoi ces mêmes élèves ont-ils des résultats aux tests plus faibles que les autres ?

 

Les conclusions de ce rapport avaient été claires : les journées de cours en France sont trop longues, à cause de vacances elles aussi trop longues : de ce fait, en fin de journée, les élèves sont moins aptes à recevoir et retenir un enseignement. C’est ce qu’ont compris depuis longtemps nos voisins Allemands, que l’on cite à tort ou à raison et à tout bout de champ en exemple : l’après-midi est souvent consacrée chez eux à des activités ludiques ou sportives, sans que personne chez nous n’ait eu l’idée de les traiter de fainéants.

Le but de la réforme des rythmes scolaires, initiée dès 2012 en France, à été de mieux repartir dans la semaine les temps d'enseignement afin de favoriser la réussite des élèves. La journée de cours a été raccourcie, et en contrepartie le temps scolaire s’est allongé sur 4 jours et demi (contre 4 jours auparavant) au profit d’activités sportives, culturelles, artistiques à destination des enfants pour « contribuer au développement de leur curiosité intellectuelle et renforcer le plaisir d'apprendre et d'aller à l'école ».

La réforme scolaire vue par le maire :

Alors que la grande majorité des villes ont opté en 2013-14 pour la solution « moins d’heures de cours dans la journée et plus d’activités le soir », dans la droite ligne de l’esprit de la réforme des rythmes scolaires, à Marseillan, M. le maire a décidé :

1°) de maintenir la durée de cours comme auparavant les lundis, mardis, jeudis (avec cours en plus les mercredis matins)

2°) de réserver les vendredis après-midis aux activités périscolaires.

En accord, semble-t-il, avec l’association de parents d’élèves et le corps enseignant ; l'Education Nationale a consenti à titre dérogatoire et expérimental à ce choix.

Nous, membres de l’opposition, avons dénoncé en son temps ce choix car nous pensions qu’il risquait de dissuader un maximum de familles. Parce que l’esprit de la loi, devant garantir une meilleure réussite des enfants par le raccourcissement des heures de cours, n’était pas respecté, mais aussi parce que les activités du vendredi ont été rendues payantes, alors que grand nombre de communes avaient choisi la gratuité.

De ce fait environ 30% seulement des enfants ont fréquenté l’accueil proposé sur Marseillan, contre 70% des enfants en moyenne sur les autres écoles de France (enquête conjointe AMF association des maires de France et la CAF).

En clair, la mairie n’a pas saisi l’enjeu des rythmes scolaires en termes de réussite scolaire, d’ouverture au monde par les activités proposées et surtout n’a pas su (ou voulu) saisir l’occasion d’associer le tissu associatif à cet enjeu éducatif. Elle s’est contentée d’offrir un accueil identique à un centre de loisirs, mais avec des moyens minimums.

 

AAA rythmes scolaires

Devant ce peu d’engouement pour des questions majeures relevant de l’intérêt des enfants, nous n’avons pas été étonnés de la décision fin juin par Monsieur le maire d’un retour à la semaine de 4 jours, dès la sortie du décret gouvernemental.

Cette décision, prise dans la précipitation, aurait obtenu l’aval de l’association des parents d’élèves. Certains parents se plaignent cependant de n’avoir pas été réellement ou trop rapidement sollicités.

Quoi qu’il en soit, une majorité de parents se sont prononcés pour un retour à la situation d’avant 2014. Pouvait-il en être autrement au vu des mauvais choix de la municipalité ? Mais peut-être était-ce le but recherché par le maire, qui s’est toujours plaint du coût pour Marseillan des activités périscolaires imposées par la réforme.

Dans le registre du positif, revenir sur le choix du vendredi après-midi est plutôt une bonne chose tant il est prouvé que c’était un mauvais choix. Dans le négatif, il reste aux élus de la majorité de redéfinir la question des rythmes scolaires et surtout la mise en place de ces fameuses activités contribuant à la réussite scolaire. Nous espérons que les parents d’élèves dans leur ensemble se mobiliseront pour œuvrer à une réelle politique de réussite scolaire pour nos enfants.

NB : cette tribune est la version longue de celle publiée sur le journal de la ville, dans la colonne prévue pour l'opposition. 

Posté par jenpince à 16:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 septembre 2017

Marseillan J'en Pince au Forum des associations

L’association Marseillan J’en Pince sera présente demain samedi 9 septembre lors du Forum des associations de Marseillan, de 9h à 13h.

Le forum des associations se déroulera cette année sur le terrain de pétanque situé à côté du Théâtre Henri Maurin.

N’hésitez pas à passer nous voir pour discuter ensemble, vous informer des dernières avancées du Plan Local d’Urbanisme, et de tous les sujets qui vous intéressent ou vous préoccupent.

A demain ! 

Posté par jenpince à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2017

Résultats du deuxième tour des élections législatives à Marseillan

Voici les résultats pour Marseillan : 

Inscrits : 6705

Votants : 2778

Exprimés : 2530

 

Euzet : 1238 voix (18,46% des inscrits)

Roques : 1292 voix (19,26% des inscrits). 

 

Sur la 7e circonscription de l'Hérault, Euzet est élu. 

 

Posté par jenpince à 22:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 juin 2017

Voici les résultats des votes sur Marseillan pour les élections législatives. C’est une défaite pour la gauche, puisque aucun de nos candidats n’est qualifié pour le 2e tour :

Inscrits : 6705

Votants : 2997

Exprimés : 2895

 

Les candidats en gras sont qualifiés pour le 2ème tour :

Jean-Luc BOU (PC/FDG) : 60 voix

Christophe EUZET (REM/DVD) : 677 voix (23,39%)

Myriam ROQUES (FN) : 764 voix (26,39%)

Laurence MAGNE (LR) : 366 voix (12,64%)

Sébastien DENAJA : (PS/MRC/PRG/EELV) : 288 voix (9,95%)

Marie-Hélène LECLERCQ (FI) : 312 voix (10,78%)

Agnès GIZARD (DVG) : 70 voix

Christophe PANIS (EXTD) : 54 voix

Virginie ANGEVIN (EXTD) : 72 voix

Magali RICHAUD (DIV) : 38 voix

Igor KUREK (EXTD) : 99 voix

Daniel PILAUDEAU (EXTG) : 23 voix

Bruno LUIGI (EXTD) : 13 voix

Guy PAGES (EXTG) : 6 voix

Posté par jenpince à 23:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 mai 2017

Réunion publique avec Jean-Luc Bou à la Salle Paul-Arnaud lundi 22 mai

Durant les élections législatives, plusieurs candidats vont s’affronter. Notre association a toujours soutenu les candidats de gauche, nous ne nous en sommes jamais cachés. Notre association étant cependant diverse, certains de nos membres vont accorder leurs préférences à l’un plutôt qu’à l’autre, sans que cela n’entame notre fructueux travail et la confiance réciproque que nous nous accordons au service pour notre ville, Marseillan.

Aussi, afin de conserver la pluralité des tendances, nous annoncerons ici les réunions publiques des candidats de gauche à Marseillan.

Voici la deuxième que nous avons reçue :

On nous prie d’annoncer

La réunion publique avec Jean-Luc Bou 

à la salle Paul-Arnaud

Lundi 22 mai à partir de 18h15

 

Jean-Luc Bou est candidat avec sa suppléante Sylvie Loubet au nom du Parti Communiste et du Front de Gauche. 

JLB Bou

JLBOU INVIT

Posté par jenpince à 19:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 mai 2017

Réunion publique avec Sébastien Denaja au théâtre le mardi 23 mai

Durant les élections législatives, plusieurs candidats vont s’affronter. Notre association a toujours soutenu les candidats de gauche, nous ne nous en sommes jamais cachés. Notre association étant cependant diverse, certains de nos membres vont accorder leurs préférences à l’un plutôt qu’à l’autre, sans que cela n’entame notre fructueux travail et la confiance réciproque que nous nous accordons au service pour notre ville, Marseillan.

Aussi, afin de conserver la pluralité des tendances, nous annoncerons ici les réunions publiques des candidats de gauche à Marseillan.

Voici la première que nous avons reçue :

On nous prie d’annoncer

 

la réunion publique de Sébastien Denaja, député sortant, et de sa suppléante, Frédérique Bonnet-Moncade

Mardi 23 mai à 18h00

au théâtre Henri Maurin, boulevard Lamartine à Marseillan

 

Cette réunion publique sera suivie d’un apéritif convivial

Sébastien Denaja et Frédérique Bonnet-Moncade sont soutenus par le Parti Socialiste, le Parti Radical de Gauche et Europe Ecologie- Les Verts. 

Invitation Marseillan (1)

Posté par jenpince à 18:52 - Commentaires [9] - Permalien [#]

15 mai 2017

soirée cinéma à l'invitation du Secours Populaire

On nous prie d'insérer : 

La Cimade, 

Le Réseau d'Education Sans Frontière,

Le Secours Populaire,

Ont le plaisir de vous inviter au Cinéma Le Travelling à Agde

Jeudi 18 mai à 21 heures

Pour une projection et un débat autour du thème de la solidarité mondiale

Autour du film "Un Paese di Calabria"

Entrée unique : 5 euros 

Soirée solidarité mondiale (2) (1)-page-0

Soirée solidarité mondiale (2) (1)-page-1

 

 

 

 

Posté par jenpince à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2017

Deuxième tour de l’élection présidentielle : Résultats et analyse

 

Si comme vous le savez tous, Emmanuel Macron a recueilli plus de 66% des suffrages exprimés à l’élection présidentielle au niveau national, ce résultat, loin d’être homogène, est marqué par des disparités très importantes en fonction des régions, et au sein même de ces régions. A titre indicatif, Le Pen n’a recueilli l’adhésion que de 20% des électeurs à Montpellier dans sa banlieue, alors qu’elle atteint voire dépasse les 60% dans certains secteurs de l’Ouest Héraultais.

Qu’en est-il de Marseillan ? Le Pen arrive nettement en tête, avec près de 56% des suffrages exprimés. Ce vote est malheureusement « conforme » au vote des communes environnantes :

Votes Le Pen :

-        Florensac : 50,3%

-        Pinet : 59,27%

-        Pomerols : 56,3%

-        Vias : 58,19%

-        Agde : 54,37%

-        Bessan : 60,85%

Comme on le voit, pour nous qui avons toujours fait appel à faire barrage au Front National, il ne s’agit pas d’un phénomène typiquement Marseillanais, et ce phénomène dépasse la « couleur politique » des équipes municipales élues en 2014.

Cependant, on constate que le plus « faible » score enregistré dans les villages alentours concerne la ville de Florensac, où le maire, Vincent Gaudy, a mené une campagne sans relâche contre le Front National. Certains diront que c’est insuffisant, mais le score est dans cette ville de 5 points en moyenne inférieur à la moyenne des villes environnantes … C’est beaucoup mieux que rien !

En revanche, là où les maires de droite ou « sans étiquette » n’ont donné aucune consigne de vote, dont Marseillan, le résultat est à la hauteur de l’engagement personnel des maires … Peur de fâcher un électorat susceptible de voter « contre » aux prochaines municipales ?

Nous avons déjà disserté lors des dernières élections sur les (mauvaises) raisons du vote Front National.

 

Passons à l’analyse des votes :

 

Pour mémoire votes au 1er tour :

Marine Le Pen : 1850 voix

François Fillon : 1057 voix

Jean-Luc Mélenchon : 917 voix

Emmanuel Macron : 869 voix

Nicolas Dupont Aignan : 193 voix

Benoît Hamon : 186 voix

Jean Lassalle : 73 voix

Philippe Poutou : 44 voix

François Asselineau : 32 voix

Nathalie Arthaud : 27 voix

Jacques Cheminade : 5 voix

Blancs ou nuls : 117

 

Résultats au 2e tour :

Marine Le Pen : 2481 voix (plus 630 voix par rapport au 1er tour)

Emmanuel Macron : 2033 voix (plus 1160 voix par rapport au 2e tour)

Blancs ou nuls : 583

 

Les blancs ou nuls :

Ce qui frappe tout d’abord, c’est le nombre de blancs et nuls en singulière augmentation : 583 électeurs se sont rendus dans les urnes pour refuser de choisir entre les deux candidats encore en lice, soit plus de 13% des exprimés. Soit 460 de plus qu’au 1er tour.

 

Comment se sont reportées les voix du 1er tour ?

Nous allons supposer logiquement que les électeurs qui ont voté respectivement Macron et Le Pen au 1er tour l’ont fait aussi au second.

Partons maintenant d’une hypothèse : les électeurs de gauche auraient voté Macron et les électeurs de droite auraient voté Le Pen.

Dans le premier cas, ça colle : 2043 voix pour la gauche au 1er tour (en y incluant Macron) et 2033 voix au 2e tour.

Mais dans le deuxième cas, ça ne colle pas : 3205 voix pour la droite au 1er tour (en y incluant Le Pen) et 2481 voix au 2e tour pour l’extrême droite. Soit un différentiel de plus de 700 voix en défaveur de la candidate du Front National.

Donc même en continuant à raisonner par l’absurde, si on considère que TOUS les abstentionnistes sont des électeurs de droite, ça continue de ne pas coller : il manque encore plus de 100 voix à Le Pen. Abandonnons donc cette hypothèse.

Pour y voir plus clair, considérons que les électeurs de Dupont Aignan (193 voix) ont choisi Le Pen : il reste encore 440 voix à trouver pour la candidate du Front National pour obtenir son score au 2e tour. Environ 400 si on y ajoute l’anti européen Asselineau.

Il est peu vraisemblable que les électeurs du centriste Jean Lassalle (73 voix) aient opté pour Le Pen.

Par déduction logique, environ 40% des électeurs Fillon ont donc voté Le Pen au 2e tour.

Reste les 600 voix restante de Fillon. Sauf à tomber dans l’absurde, comme on l’a vu plus haut, elles ne pourraient être les seules voix nulles ou blanches du 2e tour.

Donc nous allons considérer qu’une partie non négligeable des électeurs de gauche entrent dans cette catégorie (on voit mal les électeurs de Poutou ou Arthaud (70 voix) voter Macron, et encore moins Le Pen) et que par conséquent une partie non négligeable des électeurs de Fillon ont voté Macron, répondant en ce sens à l’appel à voter du candidat de la droite classique.

Par conséquent et pour conclure, le score de Macron sur Marseillan tient approximativement d’un report à 70% des voix de gauche et de 30% des voix de droite, le reste étant parti dans les votes blancs et nuls, à équivalence sans aucune certitude.

 

 

Posté par jenpince à 22:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 avril 2017

Résultat des votes à Marseillan : 1er tour des élections présidentielles

Voici le résultat des votes au premier tour, avec une forte participation des électeurs et des électrices de Marseillan : 

6711 inscrits ; 5344 votants; 5227 exprimés. 

 

Dans l'ordre :

Marine Le Pen : 1850 voix (35,4%)

François Fillon : 1057 voix ( 20,2%)

Jean-Luc Mélenchon : 917 voix (17,5%)

Emmanuel Macron : 869 voix (16,6%)

Nicolas Dupont Aignan : 193 voix (3,6%)

Benoît Hamon : 186 voix (3,5 %)

Jean Lassalle : 73 voix

Philippe Poutou : 44 voix

François Asselineau : 32 voix

Nathalie arthaud : 27 voix

Jacques Cheminade : 5 voix

 

Posté par jenpince à 23:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]