Marseillan J'en Pince

15 février 2020

élections municipales des 15 et 22 mars : David SAUVADE tête de liste Marseillan J'en Pince !

Chères lectrices, chers lecteurs, 

 

Vous avez reçu nos 4 lettres thématiques sur les 14 ans de gestion du maire sortant. 

Le constat a été posé. Place maintenant aux propositions !

David SAUVADE a été désigné tête de liste à l'unanimité par les membres de notre association. C'est donc lui portera notre liste pour les élections des 15 et 22 mars prochain ! 

Retrouvez notre nouvelle lettre en cours de distribution, avec nos principaux axes de campagne, pour ensemble remettre les Marseillanaises et les Marseillanais au centre de la politique municipale ! 

 

Bonne lecture ! 

tract 1

tract 2

 

Bien sincèrement, 

L'équipe de Marseillan J'en pince

 

 

 

Posté par jenpince à 17:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 janvier 2020

RAPPEL : Voeux de Marseillan J'en Pince demain jeudi 23 janvier

Chères Marseillanaises, chers Marseillanais,

 

L'association Marseillan J'en Pince, mes colistiers et moi-même, sommes heureux de vous convier à nos vœux à la population :

 

JEUDI 23 JANVIER à 18H30

Au Restaurant des Anciens

Sous la médiathèque « La Fabrique », rue Abbé-Grégoire

 

Au menu : la campagne des municipales, vos questions, nos réponses, plus un apéro dans une atmosphère conviviale.

L'occasion pour vous de nous rencontrer et d'échanger une fois de plus. Que vous soyez « pour nous », « contre nous », que vous soyez indécis-es ou juste à la recherche d'informations pour savoir pour qui voter au mois de mars, vous êtes toutes et tous bienvenus-es!

 

A demain

letrre 4 recto

lettre 4 verso

!

 

David SAUVADE

Président de Marseillan J'en Pince

 

Et en cadeau : notre lettre N°4 en cours de distribution dans toutes les boîtes aux lettres !

Posté par jenpince à 21:29 - Commentaires [20] - Permalien [#]

19 janvier 2020

Voeux à la population : jeudi 23 janvier

Chères Marseillanaises, chers Marseillanais,

 

L'association Marseillan J'en Pince, mes colistiers et moi-même, sommes heureux de vous convier à nos vœux à la population :

 

JEUDI 23 JANVIER à 18H30

Au Restaurant des Anciens

Sous la médiathèque « La Fabrique », rue Abbé-Grégoire

 

Au menu : la campagne des municipales, vos questions, nos réponses, plus un apéro dans une atmosphère conviviale.

L'occasion pour vous de nous rencontrer et d'échanger une fois de plus. Que vous soyez « pour nous », « contre nous », que vous soyez indécis-es ou juste à la recherche d'informations pour savoir pour qui voter au mois de mars, vous êtes toutes et tous bienvenus-es!

 

A jeudi !

 

David SAUVADE

Président de Marseillan J'en Pince

 

Et en cadeau : notre lettre N°4 en cours de distribution dans toutes les boîtes aux lettres !

letrre 4 recto

lettre 4 verso

 

 

Posté par jenpince à 18:24 - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 janvier 2020

Les « petits élus » et la démocratie

Notre représentante au conseil municipal, Christine Carrié-Mahmouki, tenait à vous faire passer ce message, en forme de bilan de son action, alors que les élections pour renouveller l'ensemble des élus municipaux auront lieu au mois de mars prochain.

Plutôt que de s'arrêter au traditionnel « j'ai fait ceci, j'ai fait cela » des élus en fin de mandat, Christine s'est attachée dans son texte à décrire le rôle d'une conseillère « de base » et comment elle s'est retrouvée à incarner seule une partie de l'opposition à Yves Michel, alors que rien ne la prédestinait à incarner ce rôle. Avec ce que cela a entraîné pour elle : avoir à juger seule de la pertinence des dossiers présentés par les élus de la majorité sur des sujets aussi variés que les finances, le social, l'urbanisme, la qualité de vie ou l'écologie.

Christine nous explique que le rôle de conseiller municipal ou de conseillère municipale n'est cependant pas réservé à une élite intellectuelle maîtrisant l'ensemble des dossiers. Mais qu'au contraire il est nécessaire d'avoir des « Monsieur ou des Madame tout-le-monde » élus-ues au Conseil municipal pour rester au plus près des préoccupations des Marseillanaises et des Marseillanais.

Toute l'équipe de MJP se joint à moi pour dire merci à Christine pour ses 6 années d'investissement, en espérant que son texte donne envie à nos concitoyens de s'engager pour faire vivre la démocratie dans notre ville !

Amicalement,



David Sauvade

Webmestre du blog.

 

 

 

Les « petits élus » et la démocratie

 

Voici que se termine mon mandat d’élue municipale dans l’opposition. En 2014, après la démission de notre tête de liste socialiste, je me suis retrouvée «  tête de l’opposition » de gauche puisque encartée au PS et membre de l’association Marseillan J’en pince (ex Marseillan Bien Thau). J’ai mesuré  tout de suite le dérisoire de ce titre, tant je ne m’attendais pas à cette responsabilité, d’ autant que j’ai été lâchée assez vite par mes colistiers. Après un instant de sidération, j’ai retroussé mes manches, forte d’une tradition familiale d’engagement politique et syndical, et du soutien de mes amis de Marseillan J’en Pince.

Mes compétences étaient d’ordre social avec une conception du social qui ne fonctionne bien que s’il se décline avec la santé, l’éducation, la culture, l’insertion, le sport et bien sûr l’économie.

Mes racines ancrées dans les vignes par mon grand-père, mon père et mon frère, et mon regard toujours porté sur l’étang m’ont aidée à m’opposer à un projet de PLU toujours plus tourné vers le tourisme, même s’il s’en défend, mais mortifère à plus ou moins long terme pour l’agriculture ou la conchyliculture. J’ai dû m’intéresser à des questions techniques inconnues : la gestion de l’eau, l’assainissement, l’urbanisme et les finances avec le budget (et je déteste les chiffres !). J’ai trouvé cela passionnant ; je me suis enrichie et ce mandat m'a apporté de l'expérience. J’ai appris aussi comment la communication, si nécessaire à l’information du public et à la démocratie, pouvait être utilisée de manière toxique par l’omission, le mensonge, la manipulation, la séduction que notre maire maîtrise parfaitement : Il en a si bien intégré les enjeux qu’il a voulu m’empêcher de m’exprimer dans la tribune libre du journal municipal pendant quasiment un an. Ce n’est qu’après une procédure au tribunal administratif et une médiation judiciaire, qui a accrédité mon argumentaire, que j’ai pu retrouver une liberté d’expression légitime.

 

Ce long discours ne sert pas à faire mon panégyrique mais plutôt à vous donner envie, à vous encourager à vous engager dans la cité. Je sais qu'il est de bon ton de critiquer les élus, perçus comme loin des réalités, prêts à profiter de leur place dans la course aux honneurs, aux privilèges voire aux richesses ou trop occupés à leur réélection. Je sais qu'il est de bon ton de laisser croire que la gauche ou la droite c’est la même chose et de discréditer les partis politiques ou les syndicats.

 

Je m’insurge contre ce mode de pensée qui s’insinue dans notre pays!!!

  • Combien de petits élus font fonctionner les 35000 communes de notre pays? 560 000.
  • Combien perçoivent une indemnité ( modique par ailleurs) ? 15 sur les 29 élus à Marseillan, soit 14 bénévoles. Comme enrichissement personnel y a mieux !!!

J’ai rencontré beaucoup d’élus dans ma vie professionnelle et politique, de droite et de gauche. Ils sont pour une grande majorité, quoi qu’on en dise, disponibles ( jusqu’au sacerdoce parfois parfois) et soucieux de l’intérêt général. Poursuivons les malhonnêtes,condamnons les corrompus et les tricheurs, ne les réélisons pas mais, de grâce, reconnaissons aux autres leur travail de colibris ; cela n’empêche pas bien sûr la critique et le débat.

Il y a un discours extrêmement dangereux pour la démocratie qui vise à discréditer la politique, le pluralisme,les corps intermédiaires. C’est vrai dans notre pays et c’est vrai dans notre commune.

La démocratie participative constitue un progrès indéniable ; c’est un mouvement à encourager. mais elle doit s’ancrer aussi dans nos instances politiques et les procédures électorales, au risque de rester sur un quant à soi associatif plus ou moins écouté ou instrumentalisé. On voit bien comment la démocratie participative sur Marseillan devient une parodie. Et les réunions publiques des comités de quartier, malgré l'implication des citoyens choisis pour représenter les riverains, sont souvent des mises en scène par Yves Michel qui cherche à en tirer profit. On voit aussi que la municipalité cherche à instrumentaliser certaines associations en s'attribuant les mérites qui leurs reviennent.

Par ailleurs, j’entends ici ou là les commentaires «  Je ne peux pas être conseiller municipal, parce que je ne suis pas assez instruit, n’écrivant ou ne parlant pas assez bien, n’y comprenant rien à tel ou tel sujet….etc ».Mais au contraire ! il ne faut pas nous laisser confisquer le pouvoir par des technocrates ou des gens qui ont transformé la langue en outil d’imposture !

Tous les savoirs dans une équipe municipale sont utiles : savoirs intellectuels, mais aussi et surtout professionnels, techniques et savoirs d’expérience. Qui, mieux qu’une mère ou un père de famille peut être attentif aux questions scolaires,de garde d’enfant ?… Qui mieux qu’un ou une conchyliculteur peut parler des soucis de l’étang ?

ENGAGEZ VOUS dans ces élections avec les candidats qui correspondent à vos opinions (un peu plus à gauche si possible, c’est quand même ses valeurs que je défends).

 

Merci à tous ceux qui m’ont aidée et soutenue pendant ce mandat.

 

A très bientôt pour le prochain

christine

 

Christine Carrié-Mahmouki

Conseillère municipale

Posté par jenpince à 21:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 décembre 2019

En route pour 2020 !!

 Amis lecteurs, amies lectrices,

Depuis 2014, les Crancs et les Cranquettes de Marseillan J'en Pince poursuivent leur chemin pour vous informer et discuter avec vous de vos attentes et de vos désirs.

La pêche a été  fructueuse et nous sommes prêts à franchir la ligne d'arrivée 2020 !

voeux 1

 

Avec au menu pour ces 3 prochains mois : le dévoilement de notre liste, de notre programme et encore de nombreux rendez-vous avec les Marseillanaises et les Marseillanais, avec pour objectif la victoire lors des élections municipales des 15 et 22 mars prochains !

 

D'ici là, toute l'équipe de Marseillan J'en Pince se joint à moi pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2020 par avance !

Bien chaleureusement, 

 

David Sauvade

Président de Marseillan J'en Pince, 

Rédacteur du blog. 

 

 

 

Posté par jenpince à 14:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 décembre 2019

Retour vers le futur

On vous l'a raconté à plusieurs reprises, le maire a autorisé la construction d'immeubles sur toute la façade de l'étang.

 Voici que qu'a écrit un Marseillanais dans un tract, photo de tours géantes à l'appui :

Scan immeuble

« Tout cela est décidé sans concertation, sans évaluation des risques, sans recherche d'un projet différent où les intérêts des Marseillanais soient préservés. Les protestations ont été vives et des Marseillanais de tous bords se sont regroupés pour désormais avoir leur mot à dire ».

« C'est pourquoi nous soumettons une esquisse de solution : [...]

  • Etablissement de projets de construction dans le respect de l'environnement et de l'architecture

  • Clause d'attribution réservant les logements 100% aux Marseillanais ».

« Bien sûr un tel projet est réalisable avec une municipalité capable de gérer correctement ses finances et qui ne doit pas faire passer en priorité des ambitions politiques ».

« Les Marseillanais veulent conserver une ville où la qualité de vie est une priorité ».

 

Mais qui est donc ce lanceur d'alerte, qui dresse un portrait apocalyptique de la commune si les projets du maire venaient à se réaliser ? Qui est donc cet amoureux du « respect de l'environnement et de l'architecture » ? Cet adversaire farouche du maire n'est autre que … Yves Michel !

Mais ça c'était hier, ou plutôt avant-hier : voilà ce qu'on pouvait lire sous la plume de notre maire en 2002, alors qu'il était conseiller municipal d'opposition.

Quel était l'objet de la colère d'Yves Michel à l'époque ? La volonté de défigurer Marseillan par la construction de barres d'immeubles, comme l'illustrait sa photo ?

Non, non …. Il s'agissait pour lui de lutter contre la création .... de maisonnettes !!!!

 

En effet, dans le but de rattraper le déficit de la commune en matière de logement social, le maire de l'époque, Williams Méric, avait contractualisé avec l'office HLM de Sète pour construire des maisonnettes. Ce qui avait fait bouillir Yves Michel, qui prédisait qu'avec les HLM de Sète nous assisterions « à l'arrivée massive d'une population à risques des banlieues des villes voisines […] amenant des problèmes d'insécurité, des surcharges dans les effectifs scolaires ... ».

 

On vous l'a dit aussi, le maire actuel s'est vu retirer son droit de préemption urbain pour le logement social. Et en faveur de qui le maire s'est-il désisté de ce droit ? En faveur …. des HLM de Sète, qu'il accusait hier d'orchestrer la venue de jeunes de banlieues pour mettre Marseillan à feu et à sang !

 

Et voilà. A force de raconter n'importe quoi aux Marseillanais, on finit par dire tout et son contraire, blanc le lundi et noir le jeudi. Et une fois aux manettes, de faire l'exact contraire de ce que l'on soutenait dans l'opposition.

Nous aurions ainsi aimé que le maire actuel dépense autant d'énergie pour empêcher l'érection d'immeubles qu'il n'en a usé pour s'opposer à la création de maisonnettes il y a quelques années !!!

 

Copie de la une du tract d'Yves Michel, avril 2002 : 

Scan ok

 

 

Posté par jenpince à 11:14 - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 décembre 2019

Immeuble aux Onglous : le vrai faux de l'interview du maire

Dimanche 15 décembre, Midi Libre a consacré une double page à un sujet qui préoccupe les riverains de la pointe des Onglous. En effet, sur ce site autrefois inconstructible, le maire a signé un permis de construire en R+2, pour un immeuble de 14,8m de haut en côte NGF et des villas, pour un total de 63 logements dont 19 sociaux.

Les riverains se sont montés en collectif et ont lancé une pétition (cliquer sur ce mot pour ouvrir le texte) qui a recueilli plus de 10 000 signatures. 

Midi Libre prend soin bien sûr d'interroger le collectif, mais donne -logiquement- la parole au promoteur, Nexity, mais aussi au maire.

Voici le lien vers l'article du journal : https://www.midilibre.fr/2019/12/15/biterrois-des-riverains-vent-debout-contre-un-projet-immobilier-a-marseillan,8605972.php?fbclid=IwAR3cNXicvy8x466g-dh8EZlUCb8CgCAciQIRl5n8JQjLp6KNPlO0fKvOyJg

 

Et que dit le maire ? Comme à son habitude, il accuse tout le monde, parce que c'est pas lui ! Et si c'est lui, c'est qu'on l'y a forcé ! Décryptage de son interview :

les italiques entre guillemets sont les paroles du maire rapportées par la journaliste.

 

Yves Michel : L'Etat nous demande « de ne plus consommer d'espace, en densifiant et en requalifiant ce que l'on appelle « les dents creuses » dans les villes ».

VRAI : la consigne est de limiter l'étalement urbain pour ne plus surconsommer d'espaces naturels, en particulier sur la façade littorale de notre département, la plus attractive. Et de ce fait de rendre constructibles des terrains autrefois inconstructibles au milieu de quartiers déjà habités.

 

Yves Michel :« Il n'y a plus de coefficient d'occupation des sols qui permettait de donner une surface constructible par rapport à la surface d'un terrain ».

VRAI : l'Etat a supprimé ce que l'on appelait le COS, qui stipulait par exemple qu'il fallait 100m² de terrain minimum pour construire une maison de 50 m². Ce COS variait d'un quartier à l'autre. Ainsi, aux Mougères il fallait posséder 1000 m² de terrain pour prétendre y bâtir son chez-soi. Désormais ce n'est plus le cas et tous les terrains inférieurs à 1000 m² dans ce quartier sont désormais constructibles. Cette décision ne relève pas du maire, Yves Michel a raison.

 

 

Yves Michel :« Comme nous sommes une commune carencée en matière de logement sociaux, on nous a enlevé nos droits de préemption, confiés à l'Etat. Et on paie 450 000 euros de pénalités par an ».

VRAI : Mais à écouter le maire, on dirait qu'il a été élu hier. Que s'est-il passé pour en arriver là ? Yves Michel, pendant 10 ans, n'a pas respecté ses engagements signés avec l'Etat dans ses plans locaux de l'habitat successifs, dans lesquels il promettait de produire du logement social. Sur les 200 promis, il n'en a réalisé que 7 !!. Il a pris un premier carton jaune à 100 000 euros d'amende, puis un deuxième carton à 450 000 euros de la part du préfet, transformé enfin en carton rouge, synonyme d'expulsion : le préfet a retiré le droit de préemption urbain à Yves Michel pour la construction de logements sociaux. En clair c'est maintenant le préfet qui décide où vont se construire les logements sociaux sur Marseillan. Et ça, c'est le résultat de la politique du maire, qui n'a pas respecté la loi, tout comme les 450 000 euros d'amende annuels. La faute à personne d'autre que la sienne.

 

Yves Michel :« Je ne peux pas retirer [le permis de construire aux Onglous] puisqu'il est conforme à la réglementation ».

VRAI et FAUX.

VRAI : en effet, si un permis de construire respecte les règles et normes du PLU, le maire doit l'accorder.

Et FAUX : qui a fait le PLU et qui a décrété que le terrain aux Onglous serait constructible pour des immeubles ? Le maire. Donc ce sont bien ses propres règles qui sont à l'origine du dépôt de permis de Nexity !!

 

Yves Michel :« On ne maîtrise plus notre urbanisme … Le maire est pris en otage par l'Etat »

FAUX: Hormis pour le cas des logements sociaux, où le maire est seul responsable de ce qui lui arrive. Qu'a dit le préfet lorsque Yves Michel a demandé son PLU ? « Vous avez le droit de rendre constructibles 49 hectares sur Marseillan pour accueillir 3000 personnes supplémentaires d'ici à 2030». Point. Et c'est le maire tout seul qui décide quels sont les terrains à urbaniser moyennant le respect des règles de base nationales d'urbanisme (pas de construction dans la bande des 100 mètres, en zone inondable etc.).

Nous vous l'avons déjà expliqué, quand le maire a décidé de transformer les 6 hectares de La Baraquette en complexe à riches, ce n'est pas le préfet qui l'a imposé ! Et ces 6 hectares sont venus en déduction des 49 autorisés. Prière donc, chers Marseillanais, de vous serrer un peu plus pour faire de la place aux riches !

Le maire pouvait donc parfaitement ne pas rendre constructible le terrain des Onglous, contrairement à ce qu'il raconte. Et vous imaginez-vous le préfet intervenir en disant : « Là ! Il y a un terrain aux Onglous ! Je vous ordonne de mettre un immeuble dessus !!! » ? L'explication est juste risible.

 

Yves Michel :« Ce qui choque, c'est la densification imposée par la loi »

FAUX : La loi de qui ? Sur La Baraquette, le maire a signé un permis de construire pour 158 unités d'habitation sur 6 hectares (projet initial de 2015), soit 26 unités d'habitation à l'hectare. Sur Les Onglous, le maire a signé un permis de construire pour 63 unités d'habitation sur 0,43 hectare, soit 153 unités d'habitation à l'hectare. Il y a une loi en France qui impose de densifier Les Onglous 7 fois plus que La Baraquette ? On attend que le maire nous produise le texte !!!

 

Et la possibilité d'ériger des immeubles dans cette zone remarquable, elle vient de qui ? Dans l'ancien POS, la hauteur des maisons riveraines au projet était limitée à 7 mètres au faîtage. Dans le nouveau PLU fabriqué par Yves Michel, les promoteurs peuvent désormais monter à 10 mètres à l'égout aux Onglous, soit à plus de 12 mètres (minimum) au faîtage !

 

yves babacool 2

 

Yves Michel :Les « enjeux environnementaux et patrimoniaux [sont] essentiels pour nous »

FAUX : Nous allons essayer de garder notre sérieux face aux projets défendus par le maire, qui sont au contraire attentatoires à notre patrimoine et à notre environnement. Et c'est ce qu'a combattu le préfet qui, loin d'être l'infâme individu que dépeint le maire, a au contraire usé de tout son pouvoir pour limiter la casse.

Dans son premier projet de PLU, le maire avait défini deux zones consacrées au tourisme : La Baraquette et le port. En clair, il s'agissait de faire du port une Baraquette bis. Refus du préfet : la ville de Marseillan comporte déjà 61% de résidence secondaires, et il n'est nul besoin d'une Baraquette supplémentaire pour l'accueil de nouveaux touristes.

 

Le maillage prévu par le maire pour la façade de l'étang était le suivant :

  • La Baraquette réservée aux riches touristes à 7000 euros le m², avec le réaménagement de Tabarka pour permettre aux riches de traverser le parc à pied pour rejoindre le port.

  • Le port, avec l'immeuble Nexity à 6000 euros le m² et le projet Proméo, et son réaménagement complet pour le transformer en marina pour riches touristes.

  • La pointe des Onglous, avec un projet à 7 millions d'euros sur la base nautique des Glénans, pour en faire un autre lieu d'accueil pour riches touristes, complété par l'urbanisation par Nexity (encore lui) sur le terrain juste en face du canal, celui-là même contesté par le collectif.

  • Et une fois le maillage d'immeubles pour riches terminé, réaménagement de la promenade de la Scribote pour les riches, toujours pour leur permettre de se retrouver entre eux d'un immeuble à un autre le long des 3 kilomètres de la façade de l'étang.

     

Le maire avait, toujours dans son projet de PLU, déterminé que les logements sociaux seraient exclus de la façade de l'étang, dans le but de ne pas contrarier la vue des riches, avec pour conséquence de regrouper tous les logements sociaux vers l'intérieur de la ville avec, dans certains quartiers, des taux dépassant les 40%.

 

 

Le préfet, certainement un peu taquin, a expliqué doctement au maire que pour rattraper son retard en matière de logements sociaux, il imposerait un quota de ces logements à chaque fois que Yves Michel ferait sortir un immeuble de terre. Y compris le long de l'étang, chasse gardée du maire. Et c'est comme ça que Nexity, Proméo et consorts ont été obligés d'inclure dans leurs programmes pour très riches .. un quota d'appartements sociaux. 40 sur les 206 de Proméo sur le port, 19 sur 63 aux Onglous.

 

Voir ainsi le préfet dynamiter les projets du maire de réserver la façade de l'étang aux très riches pourrait faire sourire, mais … car il y a un mais ….

Le préfet dira : « j'ai imposé aux promoteurs de la mixité sociale, donc j'ai rempli mon contrat dans la limite de mes pouvoirs, donc je ne peux pas m'opposer à ce que des immeubles soient implantés dans des sites remarquables mais rendus constructibles par le maire, pourvu qu'ils comprennent du logement social ».

Et le maire dira (ce qu'il a déjà dit dans son interview) : « le préfet m'oblige à accorder des permis pour des immeubles toujours plus hauts, pour satisfaire aux quotas de logements sociaux », en oubliant de préciser qu'avec ou sans logements sociaux, les promoteurs seraient montés aussi haut que le PLU du maire l'autorisait, puisque taillé sur mesure pour les promoteurs.

 

On voit bien cependant que le préfet, quand il s'agit de faire respecter la loi, arrive à faire plier les promoteurs. Et notre maire serait incapable de faire valoir son point de vue ? Ne faudrait-il pas alors en changer ? Pourtant le maire a toujours été copain des promoteurs, quand on songe qu'il est intervenu pour jouer les intermédiaires entre Nexity et la cave coopérative sur le port, pour que ce promoteur acquiert ce bien. Mais aussi quand on se souvient que l'opération Proméo n'a été rendue possible que parce que le maire a vendu les chais municipaux à ce groupe. « C'est un manque total de courage politique » dit le maire dans son interview … Reste à déterminer à qui cette formule pourrait s'appliquer …

 

Laissons par politesse de mot de la fin au maire :

 

Yves Michel : « Les riverains ont raison de réagir »

VRAI :  Forcément !!!

Posté par jenpince à 09:41 - Commentaires [9] - Permalien [#]

12 décembre 2019

N'oubliez pas notre réunion publique vendredi 13 décembre !

Amies lectrices, amis lecteurs, 

 

N'oubliez pas notre réunion publique : 

 

Vendredi 13 décembre à 18 heures  

Au Restaurant des Anciens 

Rue Abbé-Grégoire, sous la médiathèque 

 

Nous serons là pour répondre à toutes vos questions ! 

 

A demain !!!  

 

L'équipe de Marseillan J'en Pince 

 

 

Posté par jenpince à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2019

La lettre Numéro 3 est arrivée !

Comme chaque mois, retrouvez notre lettre MJP dans vos boîtes aux lettres ! 

Ce numéro est consacré aux permis de contruire signés par le maire, dans le seul but de favoriser les opérations des promoteurs à Marseillan. et où l'on démontre que le maire est le seul responsable de la situation, contrairement à ce qu'il raconte partout ... 

Et n'oubliez pas notre seconde réunion publique : 

 

Vendredi 13 décembre à 18 heures  

Au Restaurant des Anciens 

Rue Abbé-Grégoire, sous la médiathèque 

 

 

 

Nous y serons pour vous écouter et répondre à vos questions !! 

 

 

 

1

2

 

 

Posté par jenpince à 14:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 décembre 2019

La Baraquette : les arguments fantômes du maire

Eh oui ! Le rapport du commissaire enquêteur, qui a tenu sa permanence du 19 août au 20 septembre pour l'enquête publique relative aux modifications souhaitées par le maire et le promoteur sur La Baraquette, vient de tomber.

Il a rendu un avis favorable à la création d'un zone UTa sur la Baraquette pour un hôtel de 15 mètres de haut au chéneau et de 84 chambres, pour un projet global de 255 unités d'habitation.

 

Il n'est pas dans nos habitudes de contester les décisions de l'arbitre. Mais qu'il nous soit permis de faire appel à la VAR (arbitrage vidéo, les amateurs et trices de foot comprendront).

 

Le comissaire-enquêteur a validé le point de vue du maire qui se résume à :

  • Sur La Baraquette, que cela pousse en hauteur ou en largeur, c'est la même.

  • Donc que l'ont empile les gens dans un sens ou dans l'autre, c'est kif-kif.

  • Donc qu'il n'y a pas de problème à monter à 15 mètres au chéneau, soit vraisemblablement 18 mètres au faîtage, puisque la capacité d'hébergement du nouveau projet diminue.

  • Donc à partir de là il n'est nul besoin de faire de nouvelles études d'impact sur l'environnement. D'autant plus que le promoteur supprime 30 logements, passant de 285 logements à 255.

Mais ça c'est le maire qui le dit ….

 

En résumé, qu'à donné la consultation ?

17% des contributeurs se sont déplacés pour dire que le projet de La Baraquette c'était chouette (c'est leur droit) et 83% pour dire que c'était pas chouette du tout (c'est leur droit aussi).

 

Parmi celles et ceux qui ont dit que « c'était pas chouette du tout » nous citerons la contribution de cette personne : « Ce site est privilégié, il ne devrait pas être l'objet d'immeubles importants qui vont défigurer l'environnement naturel de ce lieu remarquable en bordure de l'étang. Si cette hauteur se réalise, elle va faire jurisprudence pour d'autres constructions de même type qui vont défigurer l'image typique de notre village Languedocien ».

 

Réponse du maire : 0/20. cette personne est hors sujet selon lui  : « La modification se limite à la zone de la Baraquette. Les aspects règlementaires de la modification ne concernent pas l'esthétique de la zone ».

 

Une autre Marseillanaise fait une même remarque quasi similaire. Réponse du maire , Idem : 0/20. « Cette observation relève du jugement personnel sur le projet en lui-même et non sur les aspects réglementaires de la modification ».

 

 

Yves Michel, arbitre du bon goût et des élégances ...

 

Donc si on comprend bien, toute considération esthétique doit être bannie de la consultation. Et nos concitoyens-ennes sont tenus-ues de se prononcer uniquement sur l'aspect réglementaire ou non des modifications.

 

Ça limite forcément le champ des interventions aux seuls initiés … Sauf que le maire répond à celles et ceux qui contestent les 15 mètres ou plus de l'hôtel : « La hauteur du bâtiment est identique à celle des bâtiments étant sur le port. Cela permet une vision harmonieuse tout en gardant la qualité architecturale et paysagère du projet ».

 

Scan

En bref … Si tu es un particulier, et si tu donnes ton avis sur l'esthétique, tu te prends un « hors sujet » par le maire. Si tu es maire et si tu donnes ton avis sur l'esthétique, là tu te prends un « C'est formidable bravo » … Par le maire, jamais à court d'auto-félicitations.

 

Marseillanaises et Marseillanais, sachez que le projet d'immeuble à plus de 15 mètres est HAR-MO-NIEUX parce que le maire, notre Christina Cordula locale, arbitre du bon goût, l'a décidé !! Et ça, ma chérie, ça à force de loi !!!

 

la baraquette dessin

 

Le maire voulait du factuel ? Pourtant on lui en a fourni !

Nous vous avons raconté que, nous aussi, nous avions déposé nos remarques auprès du commissaire enquêteur en expliquant que si, il y avait bien augmentation de la capacité d'hébergement non seulement sur l'hôtel, mais aussi sur l'ensemble de la Baraquette. Et que cette augmentation, en contradiction avec le PLU et le SCoT, suffisait à elle seule à rendre un avis défavorable au projet (voir notre article du 21 septembre 2019 http://marseillanjp.canalblog.com/archives/2019/09/21/37652163.html )

 

Voici pour rappel les chiffres des unités d'habitations (le nombre d'appartements, de maisons, de chambres d'hôtel de la Baraquette) au travers des 4 permis de construire successifs délivrés par le maire au promoteur :

 

Dates de délivrance du permis

N° de permis (PC)

Nombre d'unités d'habitation

06/02/15

Initial

158

30/09/16

M01

143

07/10/17

M02

155

02/05/19

M03

229*

*Permis de construire nul et non avenu, le préfet ayant demandé une enquête publique.

 

Réponse du maire dans l'enquête publique : « Les chiffres avancés sont incohérents ».

 

Ces chiffres ne sont pourtant pas tirés du chapeau. Ils sont indiqués noir sur blanc sur les permis de construire du promoteur … délivrés par le maire !! Les preuves :

 

baraquette pc1 recentré

PC initial : 158 unités d'habitation. Le document est consultable aux Services Techniques.

 

baraquette pc 2 recentré

PC modificatif N°1 : 143 unités d'habitation. Idem.

 

Toute l'intox du maire a été de faire croire dans l'enquête publique qu'au contraire, il y avait diminution du nombre d'unités d'hébergement, 255 contre 285 auparavant.

 

Sauf que, on l'a démontré, JAMAIS le projet initial, comme JAMAIS aucun permis de construire n'a été déposé pour arriver à 285, voire à 255 unités d'hébergement.

 

Que par conséquent, l'argument développé par le maire , qui consiste à dire : « Ce nouveau projet comportera moins d'unités d'hébergement, donc c'est pour ça que je le valide », argument repris par le commissaire-enquêteur et tous les organismes sollicités, est FAUX. Et que tout ce monde a donné son consentement à l'argument sans chercher à savoir.

 

Conséquences :

C'est assez technique, mais nous nous en excusons, parce qu'il faut arriver à démontrer toutes les ficelles du maire :

  • Le Préfet, par sa décision d'exiger une enquête publique a rendu caduc le PC modificatif N°3 du maire, celui qui autorisait sans concertation le passage de 155 à 229 unités d'habitation.

  • Le dernier permis de construire valable reste donc le PC N°2, comprenant 155 unités d'habitation.

  • Or le maire, dans l'enquête publique, défend un nouveau projet avec 255 unités d'habitation.

  • Soit 100 unités d'habitation de plus ni vu ni connu.

 

La Baraquette est située dans un espace proche du rivage, l'Etang de Thau. Et comme le rappelait le maire lui-même dans son document d'annonce de l'enquête publique : « La zone UT(et son nouveau secteur Uta) est intégralement située au sein des « espaces proches du rivage » …. L'extension limitée au sein des ces « espaces proches » du rivage est garantie par un encadrement strict au DOO du ScoT du Bassin de Thau des secteurs d'extension ».

 

Donc pour ce seul motif, la modification aurait dû être refusée !

On voit une nouvelle fois l'implication du maire qui n'a pas hésité à tordre le cou à la vérité pour permettre au promoteur d'arriver à ses fins. Et c'est ce même maire qui a le toupet d'écrire au comité de protection des Onglous, qui se bat contre un autre projet d'immeuble face aux Glénans, qu'il soutient toutes les initiatives visant à héradiquer les immeubles de grande hauteur sur la commune !!

 

Encore une fois, amis-ies Marseillanaises et Marseillanais, vous savez à quoi vous en tenir si vous votez Yves Michel en 2020 ….

 

Posté par jenpince à 10:29 - Commentaires [6] - Permalien [#]